Cruciales à tout développement économique, les matières premières subissent les effets des cycles conjoncturels. Tantôt délaissées, tantôt recherchées âprement car les ressources diminuent ou deviennent plus difficilement accessibles, elles représentent aussi un univers d’investissement très large, ou pour le moins une diversification accessible à tout type d’investisseur.

Sur les dix dernières années, les matières premières affichent une perte annualisée moyenne de 3,4 %, ce qui en fait la classe d’actifs la plus décevante qui puisse figurer dans un portefeuille. En revanche, en 2016 les matières premières signent la deuxième meilleure performance, avec un gain de 15,2 %, juste derrière les obligations à haut rendement qui progressent de 17,7 %.

Pour les abonnés à OptionFinance, retrouvez l’article complet en cliquant ici.