« La très paradoxale faiblesse des coûts d’emprunt d’un État français peu vertueux ne doit surtout pas encourager un relâchement de l’effort d’assainissement budgétaire. »