L’augmentation des cours du pétrole et des métaux, au cours des douze derniers mois, est significative et pousse les prix des biens de consommation à la hausse. Ce nouveau climat inflationniste va conforter les valeurs disposant d’un véritable « pricing power ».

Après des années de croissance non inflationniste, dans un contexte de révolution digitale poussant les prix des biens et services à la baisse, une page est assurément en train de se tourner. Si le prix du baril se maintient à des niveaux proches de 80 dollars, il ne fait guère de doutes que le retour de l’inflation va installer une nouvelle donne pour les investisseurs.

En effet, la hausse récente du prix du baril n’est pas sans conséquence sur l’économie des pays développés. Cette remontée significative du prix des hydrocarbures pèsera sur l’inflation qui devrait ressortir, en 2018, à 3% en rythme annuel aux Etats-Unis et à 2% en Europe. De mai 2017 à mai 2018, le prix du baril de brent a augmenté de 52% tandis que le WTI progressait de 46%. Les prix des métaux ressortent en hausse de 15% sur la même période. Seuls les prix des denrées alimentaires ont stagné (+2%). Ces hausses se répercutent déjà sur les prix finaux. Dans un contexte de croissance, elles justifient les demandes d’augmentations de salaire dans les entreprises afin d’éviter aux ménages une érosion de leur pouvoir d’achat.

Retrouvez la tribune dans son intégralité sur le site web des Echos en cliquant ici ainsi que sur le site web d’Option Finance en cliquant  ici .