Après cinq années consacrées au recentrage de l’économie sur le monde de l’entreprise, les conservateurs redoutent le verdict des prochaines élections. De nombreux résultats sont pourtant à l’actif du gouvernement britannique et feraient rêver nos dirigeants français.

Comment expliquer ce paradoxe ?